AFFINER

rechercher une formation

FERMER

Actualité

L'éco-conception, une composante clé de l'économie circulaire

Publié le 14 Juin 2016

       


Hélène Teulon est fondatrice et gérante de Gingko 21, cabinet de conseil en éco-innovation. Elle est également l’auteure du Guide de l’éco-innovation publié chez Eyrolles.


Seule l'émergence d'une économie circulaire permettra de résoudre une grande partie des problèmes environnementaux mais aussi économiques du XXIème siècle : ce constat s'est peu à peu imposé, aussi bien dans le monde économique, que dans la société civile ou chez les politiques. En témoignent plusieurs textes réglementaires ou pré-réglementaires récents, dont voici une rapide analyse.


Une avancée européenne sur l’économie circulaire

La Commission européenne a présenté en décembre 2015 le nouveau paquet économie circulaire, un ensemble de mesures qui visent à "opérer la transition vers une économie plus forte et plus circulaire, dans laquelle les ressources sont utilisées de manière plus durable".

Le dispositif annoncé pose des objectifs contraignants en matière de mise en décharge et de traitement de déchets : il s'agit ainsi de recycler 65% des déchets municipaux et 75% des déchets d'emballages d'ici 2030, de limiter la mise en décharge à 10% maximum de l'ensemble des déchets d'ici 2030, et d'interdire la mise en décharge des déchets collectés séparément dès l'adoption du texte.

Il prévoit aussi des mesures concrètes pour promouvoir le réemploi et soutenir la transformation des sous-produits d'un secteur en matières premières pour un autre secteur. Sont prévus par exemple l'élaboration de normes de qualité pour les "matières premières secondaires", ainsi qu'une stratégie pour les plastiques en économie circulaire, traitant notamment des questions de recyclage, de biodégradabilité, d'additifs toxiques, dans l'objectif de limiter significativement la pollution marine par les plastiques. Le texte est actuellement soumis au vote du Parlement européen.


France, transition énergétique et économie circulaire

En France, la Loi sur la Transition énergétique comporte plusieurs articles relatifs à l'économie circulaire, qu'elle définit par ses composantes : le recyclage bien sûr, mais aussi le réemploi/la réutilisation, l'allongement de la durée des produits, l'éco-conception, l'économie de fonctionnalité, les achats responsables, la consommation responsable et l'écologie industrielle et territoriale, ainsi que la limitation des rejets et pollutions.

L'article 90 stipule que les allégations environnementales devront être soutenues par des données chiffrées. L'article 88 précise que les barèmes des éco-organismes seront « modulés en fonction de critères environnementaux liés à la conception, à la durée de vie et à la fin de vie du produit » et que l’on veillera à ce qu’ils « n’entraînent pas de transfert de pollution vers une autre étape du cycle de vie du produit. ». L'article 70 enfin fixe des seuils pour limiter la production de déchets et développer leur réutilisation et recyclage : étendre les consignes de tri à l’ensemble des emballages plastiques sur l’ensemble du territoire avant 2022 en vue de leur recyclage, valoriser sous forme de matière 70 % des déchets du secteur du bâtiment et des travaux publics en 2020, réduire de 30 % les quantités de déchets non dangereux non inertes admis en installation de stockage en 2020 par rapport à 2010, et de 50 % en 2025, et réduire de 50 % les quantités de produits manufacturés non recyclables mis sur le marché avant 2020.


L’écoconception au cœur de l’économie circulaire

Ce cadre réglementaire devrait favoriser les démarches d'éco-conception.Si l'éco-conception apparaît en effet comme l'une des composantes de l'économie circulaire, elle y joue un rôle particulier, car toutes les autres composantes interfèrent nécessairement avec l'éco-conception : si l'on souhaite allonger la durée de vie des produits, il faudra bien les concevoir dans ce sens. Le passage à une économie de service devrait contribuer à l'émergence de biens robustes et réparables, conçus de façon à pouvoir être partagés, les achats responsables vont peu à peu réorienter la conception des produits dans le sens des cahiers des charges des clients, etc.

Bien qu'encore peu pratiquée dans l'industrie de façon systématique, l'éco-conception est maintenant une discipline mature, avec ses normes (ISO TR 14062, ISO 14006, NFX 30-264...), ses outils et ses bonnes pratiques.

L'éco-conception permet d'anticiper les évolutions futures des marchés et de repositionner son offre de façon compétitive : il s'agit de créer de la valeur pour les clients, tout en maîtrisant les coûts et les impacts sur l'environnement. La démarche est rentable, en témoignent diverses études récentes, comme l'étude du Pole Eco-conception sur la rentabilité de la démarcheou les diagnostics Economiques de démarches environnementales publiées par la Direction Régionale de l'ADEME en Corse


 AFNOR Compétences vous propose plusieurs formations sur l’écoconception et l’économie circulaire :

ARTICLE
PRÉCÉDENT
ARTICLE
SUIVANT